Le Jazz des Cigales


Pictures by Philip Ducap

Le Jazz des Cigales
Antibes (France)

Fresque réalisée à Antibes lors du Festival Coul’Heures d’Automne, sur le mur du Musée de l’Ecole.

La Côte d’Azur et le Jazz vivent une histoire d’amour depuis plus de 70 ans. Sur cette murale j’ai souhaité faire un clin d’oeil à Ella Fitzgerald. Alors qu’elle chantait sur scène, elle fut interrompue par le chant des Cigales. La grande dame décida alors d’improviser une chanson : « Cricket Song », qui deviendra un incontournable de son répertoire. Ce n’est pas elle en particulier qui est représentée mais tout.e.s les artistes Afro-américain.e.s s’étant produit.e.s sur les scènes d’Antibes Juan les Pins, qui subissaient à cette époque la ségrégation aux États Unis, là où i.elle.s étaient accueillies à bras ouverts en France. On peut y voir les cigales, en céramique mais aussi volantes, virevolter autour de la chanteuse. Un micro chantant, une trompette hurlant et une contrebasse (surnommé familièrement « la grand-mère » par les musiciens) représentent quelques codes du jazz. De part la proximité de la murale avec le port j’ai souhaité représenter une mouette, et une bouée crocodile gonflable (pour aller faire un plouf en bord de mer ! )

———–

Mural painting made during the Coul’Heures d’Automne Festival, on the School Museum wall.

The Côte d’Azur and Jazz have been living a love story for more than 70 years. On this mural I wanted to do a reference of Ella Fitzgerald. While she was singing on stage, she was interrupted by the song of the Cicadas. The great lady decided to improvise a song: « Cricket Song », which will become a cult piece of her repertoire. It is not her in particular who is represented but all the African-American artists who have performed on the stages of Antibes Juan les Pins. At that time they suffered from segregation in the United States, they were welcomed with open arms in France. We can see the cicadas, in ceramic but also reals, flying around the singer. A singing microphone, a howling trumpet and a double bass (familiarly nicknamed « the grandmother » by the musicians) represent some codes of jazz. Due to the proximity of the mural to the port, I wanted to represent a seagull, and an inflatable crocodile buoy (to go for a splash in the sea!)

Dimensions : 7,7×5 m (env. 38m²)